Optimiser le wording de son interface

Optimiser le wording de son interface

Le wording d’une interface mobile, c’est-à-dire son texte, est tout aussi important que son graphisme. C’est le wording qui guide les mobinautes, leur permet de trouver ce qu’ils cherchent rapidement, et les incitent à utiliser les fonctionnalités de l’application. Optimiser le wording d’une appli ne consiste donc pas à le rendre plus « SEO friendly », mais à faire en sorte qu’il soit facile à comprendre, précis, et rassurant.

Donnez le ton

Entre vouvoiement et tutoiement, le choix est parfois difficile. Le vouvoiement met de la distance, et le tutoiement favorise la proximité et la confiance. Dans certains cas, comme pour les applications administratives, le « vous » s’impose. Dans d’autres, pour les applications ludiques par exemple, c’est plus compliqué : prenez en compte l’âge et le profil des utilisateurs, mais aussi l’image de marque de l’application et la proximité souhaitée avec les mobinautes.

Pour le ton, l’enjeu est le même : courant, familier ou formel, tout dépend du style de l’application et de la relation que l’on veut tisser avec les utilisateurs. Dans tous les cas, utilisez un langage simple, qui peut être compris par tous, en évitant le jargon technique et la terminologie spécialisée.

optimiser son wording

Soignez tous les éléments textuels

Les titres doivent faire 5 à 6 mots au maximum, et être clairs et accrocheurs. Les sous-titres doivent eux aussi être brefs et concis, et découper le texte en plusieurs points importants, pour plus de lisibilité. Les blocs de texte, quant à eux, doivent être courts et sans blabla, la place étant limitée sur un écran de smartphone. Pour les notifications/messages, la concision est encore de mise, avec une longueur optimale de 25 caractères. En matière de ponctuation, évitez le superflu ; ne mettez par exemple pas de points dans les listes et boites de dialogue.

Appelez à l’action

Pour expliquer les fonctionnalités de l’application, commencez par décrire un objectif, puis dites quelle action faire pour l’atteindre (et non l’inverse) : « Pour supprimer une photo de cet album, glissez-la dans la poubelle ». Les boutons « Call to action », qui décrivent les différentes actions possibles, doivent être courts et attirer l’attention. Utilisez l’impératif, plus fort et motivant que l’infinitif, et testez les boutons pour vérifier qu’ils sont bien compris des utilisateurs.

Rassurez les utilisateurs

Les interactions doivent sécuriser, pour diminuer la friction au moment d’un achat ou d’un partage de données personnelles. Adoptez aussi un ton rassurant pour les messages d’erreur. Ceux-ci doivent expliquer à la personne ce qu’elle a fait, énoncer le problème et lui dire comment le résoudre, en fournissant éventuellement un exemple pour une meilleure compréhension.

Si vous souhaitez plus d’informations sur la méthode idéale pour optimiser votre wording, n’hésitez pas à vous tourner vers un développeur d’application mobile qui saura vous guider et répondre à vos besoins.

Laisser un commentaire