Huawei officialise son propre lanceur d’applications mobiles

Huawei officialise son propre lanceur d’applications mobiles

Le 9 août dernier à Dongguan, en Chine, Huawei a levé le voile sur son système d’exploitation Harmony OS. Annoncé comme futur concurrent d’Android et d’iOS, Harmony OS est né de la volonté du constructeur chinois de s’émanciper de Google.

Un système d’exploitation pour l’internet des objets

Harmony OS, ou HongMeng OS en chinois, est un système d’exploitation open source basé sur un micronoyau, ce qui offre une grande flexibilité au détriment de la puissance. Il ressemble ainsi plus à Google Fuchsia, le nouvel OS de Google tourné vers l’internet des objets, qu’à Android ou iOS. Il a pour but « d’apporter davantage d’harmonie au monde », comme l’a expliqué Richard Yu, le directeur exécutif de Huawei. À terme, Harmony OS équipera les smartphones, accessoires, voitures et objets connectés, pour offrir une expérience cohérente aux utilisateurs. 

huawei harmony os

Un lancement progressif

Huawei vient de sortir en Chine deux smart TV, Honor Vision et Honor Vision Pro, qui sont équipées d’Harmony OS. Le constructeur souhaite d’abord développer Harmony OS en Chine avant de l’exporter à l’international. Il sortira en 2020 son premier smartphone doté d’Harmony OS, toujours uniquement sur le marché chinois. Huawei n’envisage pas pour l’instant de remplacer Android par Harmony OS sur les smartphones destinés au marché étranger. En revanche, Harmony OS pourrait intéresser LG et Samsung, qui ont du mal à s’imposer en Chine. Selon certains analystes, Harmony OS pourrait ainsi représenter 2 % des parts de marché au niveau mondial en 2020, grâce aux objets connectés, et jusqu’à 5 % en Chine. Il faut toutefois que le jeune système d’exploitation évolue pour devenir plus attractif pour les développeurs. 

Un développement accéléré

Engagé dans une longue guerre commerciale avec les États-Unis, Huawei a dû accélérer le développement d’Harmony OS. En mai 2019, le constructeur, soupçonné d’espionnage au profit de la Chine, a été placé sur liste noire par les Américains. Ses produits ont été bannis sur le marché américain, et les sociétés comme Google, Qualcomm et Intel n’ont plus le droit de collaborer avec Huawei, ni de lui fournir des produits.

La licence Android d’Huawei a été suspendue, avant d’être rétablie : Google a obtenu un délai de 90 jours pour continuer à travailler avec la marque chinoise. Dans l’avenir, le géant américain souhaite demander un permis aux autorités pour continuer à fournir son système d’exploitation à Huawei. Si cette demande est refusée, Harmony OS pourrait être déployé sur les smartphones beaucoup plus tôt que prévu.

Si vous souhaitez être accompagné dans la conception de votre application mobile et son développement, il est conseillé de faire appel à une agence spécialisée.

Laisser un commentaire