Publicité sur mobile : comment le web lutte contre les mauvaises pratiques publicitaires ?

Publicité sur mobile : comment le web lutte contre les mauvaises pratiques publicitaires ?

Le formidable essor du mobile s’est accompagné d’une explosion de la publicité, sous des formes parfois très intrusives. Alors que les régies publicitaires mais également les navigateurs comme Google sont en train de réguler la pub pour améliorer l’expérience des internautes, les marques doivent réagir en adoptant de bonnes pratiques.

Les bloqueurs de pub s’imposent, les navigateurs réagissent

Les bloqueurs de publicité, comme uBlock et AdBlock, connaissent une croissance fulgurante : leur présence sur mobile a augmenté de 30 % en 2016, et ils comptent aujourd’hui plus de 380 millions d’utilisateurs dans le monde. La conséquence, c’est une véritable hémorragie de revenus pour les marques et régies publicitaires. Google a décidé de réagir d’une façon qui peut paraitre surprenante : le géant américain a décidé d’intégrer un filtre publicitaire à son navigateur Chrome, pour bloquer les pubs les plus intrusives… alors qu’il vit lui-même à 90 % de la publicité.

Le but de Google n’est pas d’éliminer la pub sur Chrome, mais plutôt d’inciter les marques à proposer de meilleures publicités, les mauvaises campagnes publicitaires étant contreproductives. Pour faire évoluer la publicité sur desktop et mobile, les principaux acteurs d’internet ont créé en 2016 le collectif Coalition for Better Ads et ont réalisé une enquête afin d’identifier les formats publicitaires les plus et les moins appréciés des internautes.

format publicité mobile

Les formats publicitaires coupables

Dans la liste des formats à éviter à tout prix établie par Coalition for Betters Ads, on trouve les pop-up, qui couvrent le texte et sont parfois difficiles à fermer, les publicités qui clignotent, les pubs plein écran avec compte à rebours qui empêchent d’accéder au contenu d’un site, les bannières trop larges et toutes les publicités qui occupent plus du tiers de l’écran. Les publicités en autoplay figurent également au premier rang des coupables, car jugées particulièrement intrusives et désagréables. Ce sont tous ces formats que Google a décidé de filtrer dans son navigateur.

Les bonnes pratiques de la publicité sur mobile

Dans ces conditions, les marques doivent absolument repenser leurs pratiques publicitaires. Pour qu’elles ne gênent pas les mobinautes, les publicités doivent être de qualité, apparaitre au bon moment, et ne pas être trop intrusives. Sur mobile, les formats favoris des utilisateurs sont les bannières horizontales de 320 sur 50 pixels, placées en haut de page, et les bannières en bas de page : des formats bien intégrés qui respectent l’expérience utilisateur.

 

Laisser un commentaire