L’enjeu des notifications push au sein d’une application mobile

L’enjeu des notifications push au sein d’une application mobile

Dans le domaine du marketing mobile comme ailleurs, l’attention de l’utilisateur est une denrée particulièrement précieuse. Afin de capter cette attention, les notifications push peuvent s’avérer un atout de taille lorsqu’elles sont habilement employées. Gare cependant à ne pas en abuser afin que l’utilisateur n’arrive pas à saturation et que la démarche ne devienne alors contre-productive. Un tour d’horizon des bonnes pratiques en la matière s’impose donc.

Ciblage et pertinence : 2 pré-requis indispensables au bon usage des notifications push

Les notifications push, ces messages envoyés depuis un serveur vers les smartphones des utilisateurs ayant téléchargé une application, ont de nombreux avantages.

Tout d’abord, elles sont gratuites, instantanées et faciles à mettre en place, le service étant géré par Apple et Google. En pleine évolution, elles sont de plus en plus sophistiquées et interactives, et devraient permettre petit à petit d’intégrer des contenus riches, comme de l’audio ou des images.

Les notifications push s’adressent à des utilisateurs forcément intéressés par la marque puisqu’ils ont fait la démarche d’installer l’application. Bien utilisées, elles permettent ainsi de cibler précisément les utilisateurs après avoir segmenté leur base de manière à toucher la bonne tranche d’âge, une géographie précise ou un seul sexe par exemple, et peuvent donc se révéler redoutablement efficace.

Une étude menée par Benjamin Ferran pour le Figaro révèle ainsi qu’une application mobile dont les notifications sont activées voit son taux d’ouverture bondir de +80%. Un chiffre qui grimpe même jusqu’à +280% dans le cas des applications d’e-commerce.

notification-push

Les risques liées aux notifications push

Malgré tous ces avantages, il s’en faut souvent de peu pour qu’une notification push ne devienne une nuisance pour l’utilisateur.

La prudence est donc de rigueur : envoyez-les à une trop grande fréquence, et les mobinautes les désactiveront, ou pire, désinstalleront votre application. Pour éviter cet écueil, fixez des limites, en envoyant par exemple qu’une seule notification push par semaine.

Preuve de cette saturation latente : Accengage nous apprend que le taux de réactivité (le ratio clics/nombre de notifications reçues) n’est que de 6% tous OS confondus.

Mettre en place un opt-in pertinent

L’opt-in permet d’augmenter considérablement le taux de réactivité d’une notification push. Cette option consiste à donner le choix aux utilisateurs de recevoir ou non les notifications push.

Ainsi, pas de sentiment d’intrusion pour le mobinaute qui aura accepté de recevoir les notifications. Ce dernier se trouve alors davantage en confiance et réceptif au message qui lui est adressé.

L’opt-in peut-être proposé au moment de l’installation, ce qui est l’option par défaut chez Apple, ou bien via une question distribuée après que l’utilisateur ait découvert l’application. Il est également possible de laisser plusieurs choix d’opt-in à l’utilisateur afin qu’il puisse déterminer avec précision le type d’informations qu’il souhaite recevoir. C’est par exemple ce que propose l’application LinkedIn en laissant choisir 15 types de notifications différentes aux utilisateurs. Ainsi, l’utilisateur peut choisir de recevoir une notification push lors d’une nouvelle invitation, d’un nouveau message ou encore lorsque quelqu’un aime une de ses nouvelles.

Laisser un commentaire