Application de santé : un succès grandissant mais la sécurité des données préoccupe

Application de santé : un succès grandissant mais la sécurité des données préoccupe

Les applications mobiles de santé se multiplient aujourd’hui à une vitesse impressionnante… et ce n’est qu’un début. Toutefois, face au succès de la santé mobile, une préoccupation émerge : celle de la sécurité des données.

Le formidable essor de la santé sur mobile

Une étude de Research 2 Guidance révèle qu’il n’existait que 100 000 applications  mobiles de santé connectée en 2015… contre 259 000 en 2016 et 325 000 en 2017 ! La tendance touche toutes les plateformes, même si Android devance iOS. La France accuse encore un léger retard par rapport à ses voisins, c’est vrai, mais la santé mobile n’en est encore qu’à ses débuts.

Les nouveaux usages santé

Certaines applications donnent des conseils santé, comme Koala, qui apprend la santé bucco-dentaire aux enfants. D’autres s’aventurent plus loin dans le domaine médical ; citons par exemple Moovcare, qui a pour mission de suivre les malades du cancer du poumon, Doctisia, un carnet de santé virtuel, ou encore Medpics, qui permet aux professionnels de la santé de partager leurs cas cliniques.

application santé

Les atouts de la m-santé

Loin d’être de simples gadgets, les applications de santé peuvent avoir un effet positif sur la santé des utilisateurs : elles améliorent l’efficacité des traitements, la qualité de vie des malades, et la motivation des malades. Comme elles facilitent la transmission des informations, ces applications sont aussi utiles aux équipes soignantes.

Par exemple, grâce à l’application Diabeo, qui propose un carnet de suivi aux diabétiques, les médecins reçoivent en temps réel les rapports de glycémie de leurs patients et sont alertés dès que certains seuils sont franchis. La m-santé a également un impact sur les dépenses publiques : elle réduit les risques d’hospitalisation et fait baisser la durée moyenne du séjour.

Les données des patients : des informations sensibles et convoitées

Les applications de santé font appel à des outils de mesure toujours plus pointus, comme les capteurs et glucomètres, qui recueillent des données sensibles et confidentielles. La question de la sécurité de ces informations est donc aujourd’hui au cœur des préoccupations des utilisateurs. En France, c’est la CNIL qui se charge de protéger les données des utilisateurs, en imposant aux entreprises de respecter ses exigences en matière d’utilisation, de sécurisation, de durée de conservation, et de droit de suppression et de modification des données. Les nouveaux usages de la santé mobile donneront sans doute lieu à de nouvelles mesures, destinées à protéger les utilisateurs.

 

Laisser un commentaire